Cette année nous vous proposons un thème.

La photo de rue.

 « Effectivement, je fais de la photographie de rue à mes heures perdues… »  

On ne peut pas le nier, cette phrase fait toujours son petit effet sur l’auditoire. Mais non Monsieur, photographier une rue ne veut pas forcement dire faire de la photo de rue, et cette dénomination est parfois utilisée à tord et à travers, perdant jusqu’à son essence première, sa raison d’être.

 

Avant de se lancer dans la photo de rue il faut comprendre ce qu’elle est, ses enjeux. Souvent comparée à un documentaire, du photojournalisme et de la photographie sociale, la Street Photo est née il y a environ un siècle avec le but premier de dépeindre un quotidien, de décrire la façon dont l’homme façonne la rue, et dont la rue façonne l’homme. Cette pratique est loin d’être aussi simple qu’elle n’y parait : capturer l’Histoire en un cliché demande la recherche d’une réalité sociale avant la recherche de l’esthétisme. La photographie de rue a avant tout une dimension humaniste.

 

Voici donc quelques conseils pour bien démarrer dans ce bel art :

  1. Faites bien attention à ne pas tomber dans de la photo architecturale qui ne représenterait que des bâtiments, ou dans de la photo de model qui inciterait des gens à poser. Il faut un équilibre entre l’architecture et la présence humaine, et cela nous amène au 2ème point.

  2. La spontanéité ! Il s’agit d’attraper l’instant, que ce soit dans une rue, dans un parc, dans un aéroport, en bref : dans tous les lieux publics. Il est cependant compliqué de sortir toujours à temps son appareil, et c’est pourquoi le principe de semi-spontanéité existe : vous avez remarqué quelqu’un ou quelque chose d’intéressant, vous pouvez lui demander de refaire cette action.

  3. La discrétion, elle va avec la spontanéité. Il est évident qui si vous prévoyez de faire de la photo de rue avec un gros appareil vous donnant l’allure d’un photographe professionnel, les attitudes des gens autour de vous vont changer. Fondez vous dans la masse, et privilégiez par exemple un petit appareil comme un compact expert Fujifilm X, Lumix GX, Ricoh GR, (avec une ouverture entre f/8 et f11 pour garantir une grande profondeur de champ), ou bien un reflex tel que le canon ae1. Toutefois attention ! Une ouverture si petite entraînera une plus longue vitesse d'obturation, les mouvements seront plus flous sauf si vous montez les ISO mais donc rajoutez du grain.

  4. Soyez surs de vous. Photographier des inconnus peut sembler étrange seulement si vous-même avez l’air étrange. Soyez décontractés, confiants, faites vous passer pour un touriste et vous n’éveillerez pas les soupçons

  5. Attention au droit à l’image ! Rappelez-vous que vous avez le droit de prendre en photo mais pas forcément de les publier, il faut demander l’autorisation aux sujets photographiés. Cela sera une occasion pour vous de présenter votre travail et pourquoi pas de rencontrer vos futurs fans.

  6. Vous pouvez procéder de différentes manières pour faire de la photo de rue, la plus courante étant la technique du chasseur cueilleur : le chasseur est toujours en mouvement et prend ses photos à l’arrachée, le cueilleur choisis son arrière-plan avant son sujet et attend le bon moment pour déclencher.

 

Avant de vous lancer pour de bon, n’hésitez pas à jeter un œil aux inspirations que nous publions et qui pourraient vous guider dans votre travail.

« Une des meilleures manières de travailler, consiste, selon moi, à sortir de votre hôtel et à explorer, traîner, en essayant de percevoir l’humeur de la rue, d’y pénétrer et de s’y perdre. C’est alors que quelque chose de magique se passe, vous commencez à voir des images, vous vous détendez, vous observez quasiment en état de contemplation. C’est précisément à ce moment-là qu’arrivent les meilleures photos, des coïncidences et des rencontres heureuses, rien n’est planifié. »

 - Steve McCurry

“La composition doit être une de nos préoccupations constantes, mais au moment de photographier elle ne peut être qu'intuitive, car nous sommes aux prises avec des instants fugitifs où les rapports sont mouvants.”

 

« Au fond ce n’est pas la photo en soi qui m’intéresse, ce que je veux c’est capturer une fraction de seconde du réel ».

 

 - Henri Cartier Bresson